Pâtes (tartes, pizza & co)·Plat principal·Salé

Pastasciutta au chou frisé

Voilà une recette piquée à mon papy lors de mon séjour en Alsace (revisitée en mode 100% végétale), rien à voir avec la région pourtant car aujourd’hui je t’emmène faire un tour en Italie, pour une recette toute bête : la « pastasciutta » comprendre des pâtes, et de la sauce … mais attends la suite : chou frisé, crème de cajou, tofu fumé, parmesan végétal et pâtes maison qui vont bien (mais tu peux aussi faire ton flemmard et acheter un paquet de pâtes toutes prêtes hein, en tant que flemmarde pro, je ne t’en voudrais pas ^^). Bref, un délicieux plat d’hiver qui tient bien au corps 😀

J’ai voulu faire les pâtes moi-même, à cause d’un de mes souvenirs de gamine : les pâtes maison qui séchaient tranquillement, suspendues dans la cuisine chez les grands parents … c’était le signe (ou un des signes ?) qu’on allait une fois de plus se régaler, qu’on se retrouveraient tous en famille autour de la table, que les grands s’engueuleraient amoureusement (oui en Italie on ne parle pas, on braille) pendant que les gosses … bah feraient leurs trucs de gosses …

Voilà pour la petite histoire, on en revient à LA recette ? Avanti !

Ingrédients (pour 4 personnes environ) :

Pour les pâtes maison

150 gr farine de blé dur
150 gr de farine de blé
1/2 cac de sel
15 cl d’eau tiède ou 150 gr

Pour la sauce

1/2 chou frisé (ou environ 300 gr)
2 gousses d’ail
1 échalote
herbamare, poivre, huile d’olive
100 gr de tofu fumé (optionnel)

Pour la crème de cajou

200 gr de noix de cajou
30 cl d’eau
1 cas de levure maltée
herbamare

Adaptation de la recette d’Antigone XXI, cette crème de cajou est un régal !

Pour le « parmesan »

50 gr de noix de cajou
10 gr de levure maltée (ou levure de bière)

Très largement inspiré de la recette de la Fée Stéphanie (avant je ne pouvais pas imaginer des pâtes sans parmesan, cette recette est déjà un incontournable à la maison !)

La préparation

Mettre à tremper les noix de cajou dans un grand bol d’eau 2 à 6 heures à l’avance (eau minérale ou eau filtrée pour moi).

Pour les motivés, préparer les pâtes fraîches : dans une jatte, mélanger les farines, le sel et faire un puits. Y verser l’eau tiédie et travailler la pâte à la fourchette jusqu’à obtenir assez de consistance pour la travailler à la main. Déposer la boule de pâte sur un plan de travail fariné et la pétrir une dizaine de minutes environ, jusqu’à obtenir une consistance douce, lisse et souple. Pour savoir si la pâte est prête, faire un trou du bout du doigt dans la pâte : le trou doit se refermer tout seul (on voit alors que la pâte est bien élastique). Faire une belle boule et laisser reposer 30 minutes environ à température ambiante.

Pendant que la pâte repose, porter à ébullition une grande casserole d’eau. Effeuiller et laver le chou frisé et le faire blanchir pendant 1 min dans l’eau bouillante, égoutter puis le tremper immédiatement dans de l’eau bien froide. Une fois refroidit, le hacher puis réserver.

Dans une grande poêle (ou un wok, le wok c’est la vie), faire revenir l’échalote et l’ail émincés finement dans un filet d’huile d’olive, y ajouter ensuite le tofu fumé coupé en petits dés puis le chou frisé haché. Saler, poivrer au goût et faire revenir le tout 5 minutes environ, ajouter un verre d’eau, couvrir et laisser cuire à feu moyen une vingtaine de minutes (jusqu’à ce que l’eau soit totalement évaporée).

Pendant que le chou cuit tranquilou, retour aux pâtes ! J’ai utilisé un laminoir à pâtes pour faire les miennes mais tu peux aussi faire sans (voir ce lien très complet, pour les deux techniques). Une fois prêtes, placer les pâtes sur un plan de travail fariné pour éviter qu’elles ne se collent entre elles et réserver.

Préparer la crème de cajou : égoutter les noix de cajou et les placer dans un blender, y ajouter l’eau, la levure maltée et une pincée de sel (ou herbamare ici).

Une fois que le chou est cuit et l’eau évaporée, ajouter la crème de cajou et ajuster les épices au goût (herbamare, poivre, et ail semoule ici). Laisser mijoter à feu doux quelques minutes, le temps de préparer les pâtes.

Faire cuire les pâtes : dans une grande casserole d’eau bouillante salée, 3 à 4 minutes environ.

Préparer le « parmesan » : mixer rapidement ensemble les noix de cajou, épices et levure maltée.

Lorsque les pâtes sont cuites, bien les égoutter et les mélanger à la sauce dans la poêle.

Servir bien chaud, parsemé de parmesan végétal et déguster.

Buon appetito !

DSCF2270.JPGdscf2268

 

Trucs et astuces 

* La recette originale de mon grand père, ou variante végétarienne : même principe mais avec des pâtes aux œufs, du chou frisé, mascarpone et parmesan.

** Tu peux également utiliser de la crème de soja ou d’avoine en remplacement de la crème de cajou, il faudra peut être juste ajouter un peu de fécule pour épaissir ta sauce

*** le tofu fumé c’est en option, je l’ai principalement utilisé pour rassurer l’Homme qui m’a demandé l’air très inquiet « et y’a quoi comme viande avec ?! » … mais ça donne un petit goût bien sympathique faut avouer 🙂

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Pastasciutta au chou frisé »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s